laGaronne.com
le portail de la Garonne

Le Plan de Gestion d'Etiage

Débits et milieux

Débits et milieuxFonctionnementdu TDBAire hydrographique du PGEle PGEles partenaires

Les débits et les milieux aquatiques

Cette partie est consacrée à l'analyse des aspects liés aux débits en période d'étiage et aux respects des normes règlementaires que sont les débits d'objectifs d'étiage et les débits de crises.

En parrallèle, l'influence des débits sur le milieu aquatique et la qualité des eaux est abordé dans cette partie du tableau de bord.

Tendance

      Augmentation

      Stabilité

      Baisse

Les débits

Tendance
Année d'observation
 
Date de franchissement des DOE*

2017 Détail
Nombre de jours évités sous les seuils**

2017 Détail
Respect du DOE* (en nombre de jours sous le DOE*)
2017 Détail 
Satisfaction des DOE* au sens du SDAGE

2017
Détail
Evolution de la période des VCN10***  
2017
Détail
Suivi des débits en étiage NC création 2017  Détail
Evolution du nombre de franchissements du DOE* NC création 2016 Détail
Respect des seuils d'alerte** (en nombre de jours)
2017 
Détail

Les déficits

Tendance
 Année d'observation  
Déficits cumulés par rapport au DOE*

2017
Détail
Taux de réduction des déficits par rapport au DOE*

2017
Détail

Milieux aquatiques et qualité des eaux

Tendance
 Année d'observation  
Réseau d'hydrométrie
NC
création 2017 Détail
Indice "faune piscicole et grands migrateurs"
NC
création 2017 Détail
L'alimentation en eau potable NC
création 2017 Détail
Suivi en continu de la température et de l'oxygène NC
création 2017 Détail
 

*DOE : Débit d'Objectif d'Etiage qui corresponds à la Valeur de débit moyen mensuel  au point nodal (point clé de gestion) au-dessus de laquelle, il est considéré qu'à l'aval du point nodal, l'ensemble des usages (activités, prélèvements, rejets, ...) est en équilibre avec le bon fonctionnement du milieu aquatique.

**Les seuils d'alerte et d'alerte renforcé : Valeur de débit d'étiage au-dessous de laquelle l'alimentation en eau potable pour les besoins indispensables à la vie humaine et animale, ainsi que la survie des espèces présentes dans le milieu sont mises en péril.

***Le VCN10 corresponds à la période de 10 jours consécutifs où le débit du cours d'eau est le plus bas de l'année.

Le fonctionnement du tableau de bord

Le Tableau de bord "Plan de gestion d'étiage" est composé de 5 thématiques différentes permettant d'avoir une vision globale de ce domaine technique.

Les thématiques abordés sont les suivantes :

Météorologie

Informations sur le contexte météorologique (pluviométrie, manteau neigeux...)

Hydrologie et ressources

Informations sur l'état de l'hydrologie avant et pendant la période d'étiage, et sur l'état des ressources mobilisables pour le soutien d'étiage

Débits et milieux

Informations sur les débits mesurés, le respect des seuils (Débit d'Objectif d'Etiage, Débit de Crise, Débit de crise renforcé)

Les prélèvements

Informations sur le niveau de prélèvement effectué dans la garonne en période d'étiage pour les trois usages : agricole, eau potable, industrie.

Les ouvrages et l'étiage

Informations sur l'efficience et le coût du soutien d'étiage

 

Définition descripteurs / indicateurs

Les indicateurs fournissent une donnée qualitative ou quantitative qui est comparée à un objectif (seuil) afin d'évaluer la situation. Ils possèdent un système de notation débouchant sur un "état". Cela implique la détermination des objectifs et état de référence.

Les descripteurs fournissent une information brute, sans référence à un état. Il s'agit donc d'indicateurs dépourvus de référence et donc d'état. La donnée est ainsi représentée telle quelle avec une information de tendance.

Définition et légende des tendances

augmentation

stabilité

baisse

Période de mise à jour

Les mises à jour des indicateurs ou descripteurs sont pour la plupart annuelles. Toutefois certains d'entre eux peuvent être plus espacés dans le temps pour des raisons de non disponibilité de la donnée ou pour une meilleure interprétation des variables étudiées.

Le bassin de la Garonne

La Garonne joue un rôle structurant pour tout son bassin versant qui représente un dixième de la superficie de la France. Le PGE Garonne-Ariège porte sur le tiers du bassin versant du fleuve Garonne et permet d’intervenir directement sur ce territoire et sur la totalité du « château d’eau » pyrénéen.

Compte tenu de sa situation géographique, le PGE Garonne-Ariège est en partie dépendant de quatre PGE limitrophes et de six Sage existants ou en élaboration.

Le PGE a été établi en supposant que les affluents de la Garonne respectent à terme leurs objectifs de débit en étiage : il retient donc les orientations et objectifs quantitatifs du Sdage Adour-Garonne pour décrire la situation de référence sur ces affluents.

Son aire géographique s’étend sur 18 784 km2 et concerne trois régions françaises, onze départements et 1 445 communes.

Il intègre une dimension transfrontalière avec le Val d’Aran en Catalogne espagnole.

L’aire du PGE Garonne-Ariège est située majoritairement en Midi-Pyrénées (62 %), puis pour un tiers en Aquitaine (35 %), et moins de 3 % en Languedoc-Roussillon.

 

Le plan de gestion d'étiage

Le Plan de gestion d’étiage de la vallée de la Garonne et du bassin de l’Ariège, le PGE Garonne-Ariège, est un outil de planification thématique dans le domaine de l’eau. Il découle d’une orientation du Sdage Adour-Garonne et présente une portée réglementaire et financière indirecte.

Les objectifs du PGE :

Le PGE vise en période d’étiage (1er  juin – 31 octobre) à permettre la coexistence normale de tous les usages de l’eau et le bon fonctionnement des milieux aquatiques en période d’étiage. Il complète l’outil d’intervention des préfets en cas de sécheresse qui instaure les restrictions de prélèvements et d’usages en cas de sécheresse. Validé par le préfet coordonnateur du sous bassin de la Garonne en 2004, il est mis en œuvre et animé par le Sméag à l’échelle interrégionale au sein d’une Commission de concertation et de suivi.

Initié en 1999, l’élaboration du PGE Garonne-Ariège a durée environ trois ans sous la maîtrise d’ouvrage du Sméag. Sa validation par le préfet coordonnateur de bassin est intervenue après la tenue du Débat Public sur le projet de réservoir de Charlas en février 2004. Son suivi permet le renseignement d’une cinquantaine d’indicateurs de suivi annuel et d’évaluation et fait l’objet de rapports biennaux. L'évaluation de six premières années de mise-en-œuvre (2004-2009) a été menée fin 2009.

Son plan d’actions contribue à la reconstitution des débits d’objectif d’étiage (DOE) du Sdage en rééquilibrant l’expression des usages vis-à-vis du bon fonctionnement du milieu aquatique. Sur la base d’un état des lieux et d’un diagnostic partagé, il s’articule autour de quatre grandes familles d’actions prioritaires :

1. le respect des débits d’étiage fixés par le SDAGE, y compris sur les affluents afin de ne pas creuser les débits de la Garonne,

2. la lutte contre les gaspillages et les économies d’eau : la mesure phare étant l’instauration depuis l’année 2004 d’un moratoire sur les autorisations délivrées par l’État et la fixation d’un cadre pour les économies d’eau, notamment vis-à-vis des canaux, plus gros préleveurs en Garonne (depuis 2009, le moratoire a été remplacé par la politique dite des volumes prélevables notifiés le 15 mai 2012),

3. la mobilisation prioritaire de la ressource en eau existante et son optimisation,

4. puis, si nécessaire, la création de nouvelles ressources.

Les partenaires

Sur le plan de l’organisation, le suivi du PGE est assuré par une Commission de concertation et de suivi du PGE (commission plénière) qui s’appuie sur les travaux de trois sous-commissions géographiques (Garonne amont, Bassin de l’Ariège et Garonne aval) et d’un Secrétariat technique et administratif (STA).

La Commission plénière, co-présidée par le président du Sméag et le préfet coordonnateur de bassin, est composée d’une centaine de membres répartis en trois collèges (collectivités, Services de l’État, Usagers et associations). Elle intervient sur un territoire qui concerne trois régions, onze départements, 1 445 communes et 2,42 millions d’habitants. Le STA est quant à lui composé des services du Sméag, de la Dreal Midi-Pyrénées (Dreal de bassin), de l’Agence de l’eau Adour-Garonne et de la DDT de Haute-Garonne qui représente les 11 DDT et DDTM concernées.

La Commission plénière s’appuie aussi sur les travaux d’une Commission des usagers et de trois groupes de travail thématiques constituées pour l’établissement du nouveau plan d’actions : « Démographie, Usages non consommateurs, Eau potable et Objectifs d'étiage », « Energie, Industrie, Hydroélectricité » et « Agriculture ».